Israël : l’armée refuse catégoriquement d’ouvrir une enquête sur l’assassinat de la journaliste Shireen Abu Akleh

L’armée israélienne refuse catégoriquement d’ouvrir une enquête sur la mort de la journaliste d’Al-Jazeera, Shireen Abu Akleh, tuée par les forces israéliennes il y a une semaine

L’armée d’Israël a tranché : il n’y aura aucune enquête pour déterminer les causes de la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh, tuée par les forces israéliennes il y a une semaine. C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soirc.com a obtenue de plusieurs sources fiables, dont The Guardian.

En effet, d’après ce média, l’armée israélienne, dans un communiqué, s’est opposé à une enquête sur cette affaire qui a secoué le monde arabe ces derniers jours. Pour assurer sa défense, l’armée israélienne affirme que la journaliste d’Al-Jazeera a été tuée dans “une situation de combat active”.

L’information a été confirmée par le média israélien Haaretz qui nous apprend que la décision de ne pas enclencher une enquête criminelle émane de la police militaire israélienne, laquelle défend bec et ongles l’idée qu’il n’y a aucune suspicion d’acte criminel.

L’annonce de cette nouvelle n’est pas passée inaperçue. Car, dans le reste du monde, elle a suscité une vive polémique. C’est notamment le cas en Grande-Bretagne où la députée Marsha de Cordova a fait part de son indignation dans un twitte posté sur son compte officiel ce 19 mai.

“C’est inacceptable que l’armée israélienne ne mène pas une enquête sur le meurtre de la journaliste Shireen Abu Akleh. Le FCDO doit désormais réclamer une enquête indépendante de la part de la Cour Pénale Internationale”, s’est-elle indignée.