Lettre adressée à Macron : les chirurgiens-dentistes se révoltent : “le vaccin n’empêche pas la transmission du virus”, disent-ils

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron à la date du 13 mai et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com, l’Union Dentaire , syndicat de Chirurgiens-Dentistes, demande au président de la République de lever les restrictions contre les chirurgiens-dentistes non vaccinés

Lecourriier-du-soir.com vous invite à lire la lettre dans sa version intégrale

Excellente lecture

Monsieur le Président de la République,

Notre pays a dû faire face à une pandémie qui a affecté l’organisation du Monde entier pendant deux ans. Afin de protéger un maximum de nos concitoyens, la vaccination a été rendue obligatoire à partir du 5 août 2021.

L’Union Dentaire a toujours soutenu les préconisations de l’Académie nationale de Médecine et la vaccination, tout particulièrement celle des soignants dont les chirurgiens-dentistes font partie. Nous estimions qu’il était de notre responsabilité, à l’époque, de nous protéger, de protéger nos patients et notre entourage et de nous permettre de retrouver une activité plus stable.

A ce jour, certains chirurgiens-dentistes ont fait le choix de ne pas se faire vacciner, faisant une croix sur leur activité et leurs revenus et se résolvant à abandonner leurs patients. La fermeture de ces cabinets est d’autant plus difficile dans les zones en manque de praticiens. A contrario, alors même que le vaccin n’empêche ni la transmission du virus ni de le contracter, le gouvernement a autorisé des soignants positifs asymptomatiques à exercer par dérogation et pour maintenir la continuité des soins.

Nous maintenons que la vaccination reste le rempart le plus sûr à ce jour contre la CoVid-19. Toutefois, dans un contexte démographique tendu, et maintenant que la situation sanitaire est moins aiguë, les patients ont besoin que ces cabinets dentaires rouvrent au plus vite. Au regard de la baisse des contaminations et des hospitalisations, nous vous demandons aujourd’hui de bien vouloir accepter la levée des restrictions sur ces chirurgiens-dentistes non vaccinés qui devront se soumette au protocole de soins très strict édicté par le Conseil National de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes en mai 2020. Il s’agit d’introduire une dose de flexibilité afin de s’adapter à un contexte démographique contraignant. Si la situation épidémique venait à empirer, il sera naturellement bon de prendre toutes les mesures appropriées. 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma respectueuse considération.”

Franck MOUMINOUX,
Président de l’Union Dentaire,  Syndicat de Chirurgiens-Dentistes.
Chirurgien-Dentiste à Aurillac (Cantal).