France : la loi d’urgence sanitaire a été prolongée en pleine nuit et l’Etat peut désormais restreindre les libertés

0
314

L’Assemblée Nationale a donné son feu vert en pleine nuit à la prolongation de l’Etat d’urgence sanitaire jusqu’au 31 mars 2021

Sa prolongation avait été annoncée il y a un mois et désormais il y a de très forte chance que ce soit fait dans les jours qui viennent. En effet, France Info a fait savoir ce vendredi 2 septembre que l’Assemblée nationale a voté, dans la nuit de jeudi à vendredi, la prolongation controversée de la loi d’urgence sanitaire jusqu’à la fin du mois de mars 2021.

Lors d’un déplacement ce 11 septembre, Jean Castex, premier ministre de la France, avait déjà prévenu un groupe de parlementaires du MoDem qu’il avait rencontrés à Sanguinet, dans les Landes. C’est désormais fait. L’Assemblée nationale a donné son feu car d’après France Info, 26 députés ont voté pour la prolongation de la loi d’urgence sanitaire, 17 ont voté contre et il y a eu 3 abstentions.

De quoi susciter l’inquiétude des députés de droite et de gauche. Ainsi, sur son compte twitter, le député LR, Philippe Gosselin, n’a pas caché son désarroi. “Pour les députés Républicains, je rappelle deux impératifs : la santé de nos concitoyens est incontournable, la nécessité de respecter les libertés publiques l’est autant. Nous devons concilier les deux. Avoir l’un sans l’autre est un renoncement”, dénonce-t-il.

“Bars, restaurants, cinémas… pourraient à nouveau être fermés”

Il convient de rappeler que la loi d’urgence sanitaire avait été promulguée à la date du 9 juillet, donnant au Premier ministre, jusqu’à la date du 30 octobre, la prérogative d’ordonner par décret la circulation des personnes et des véhicules, l’ouverture des établissements recevant du public (cinémas, restaurants, bars…), les rassemblements et les réunions sur la voie publique.

“Il peut également imposer un test virologique aux personnes qui voyagent en avion entre la métropole et les outre-mer et entre les outre-mer. Les passagers en provenance d’une collectivité d’outre-mer où ne circule pas le virus en sont dispensés”, ajoute le site Vie-Publique.fr.

“Les internautes en colère”

Il faut dire que la volonté du gouvernement de prolonger cette loi ne laisse pas les citoyens indifférents. En effet, sur les réseaux sociaux, les réactions ont été légion et les craintes d’assister à l’émiettement des libertés individuelles par l’Etat n’ont pas manqué.