Manifs anti-Pass Sanitaire : l’Assemblée s’est suicidée et le peuple prépare la révolte contre Macron

Avocats, artistes, étudiants, politiciens, enseignants, soignants…. Ils ont été plusieurs milliers de citoyens à arpenter les rues de la France ce samedi 24 juillet pour dire non au Pass Sanitaire désormais rendu obligatoire par Emmanuel Macron et son gouvernement pour avoir accès à certains endroits.

Ce samedi, nous avons tous assisté à une spectaculaire démonstration de force des citoyens français qui refusent catégoriquement de voir s’installer dans leur propre pays une sorte d’apartheid où des personnes, parce que vaccinées, auront droit à un traitement de faveur au détriment d’une importante frange de la population appelée à vivre en marge de la société parce que refusant de se faire inoculer un vaccin dont l’efficacité n’est pas encore démontrée à 100%.

Les chiffres présentés dans la presse sont hallucinants. Certains médias parlent de 161 000 manifestants partout en France et il est fort probable, vu les images qui nous sont parvenues, qu’il y ait beaucoup plus. En tout cas, la mobilisation des anti-Pass a été une réussite totale. Reste à savoir s’ils réussiront à faire plier un Exécutif qui a déclaré une guerre ouverte au peuple.

Vu l’impressionnant succès de cette manifestation qui, d’ailleurs, rappelle les premières heures des Manifs Gilets Jaunes de novembre 2018, il est fort possible que l’on assiste dans les heures qui viennent à une diabolisation du mouvement par des médias totalement à la botte du pouvoir.

Et il faudra bien s’y attendre. En effet, dans les heures, voire les jours qui viennent, les manifestants anti-Pass Sanitaire seront traités de tous les noms d’oiseau. Ils seront taxés de voyous, de radicaux, de racistes, de sympathisants néo-nazis ou d’anarchistes. Le mouvement sera infiltré par des services secrets pour le tuer de l’intérieur comme ce fut le cas avec les Gilets Jaunes en 2018 et les meneurs seront traqués et intimidés jusqu’à ce qu’ils abandonnent la bataille.

Que les choses soient très claires : la violence est toujours condamnable et si jamais le mouvement se radicalise, nous serons les premiers à désavouer les anti-Pass. Mais, de grâce, que personne ne vienne nous dire que celles et ceux qui sont descendus dans les rues de la France ce samedi pour s’opposer au Pass Sanitaire sont de violents complotistes, conspirationnistes ou négationnistes.

Pour le moment, un tel jugement est totalement fallacieux. Celles et ceux qui ont manifesté samedi sont de braves citoyens qui refusent catégoriquement que demain, leurs droits les plus élémentaires soient totalement confisqués par un hyper-Etat qui, depuis l’avènement de la pandémie, s’est accaparé de tous les pouvoirs.

Face au suicide de l’Assemblée Nationale, le peuple n’a plus d’autre choix que de se lever pour dire “Stop!” à cette forfaiture et Emmanuel Macron a tout intérêt à écouter cette colère qui gronde.

Edito écrit par Cheikh DIENG, auteur du livre : “Covid-19 : le monde d’après sera une dictature”. Pour acheter le livre, merci de cliquer sur les liens suivants : Covid-19, Covid-19