Bureau LREM ouvert au Maroc : Macron se soumet à Mohamed VI et tue le rêve d’indépendance du Sahara Occidental

Le rêve du Front Polisario de transformer le Sahara Occidental en un Etat indépendant est mort et enterré. Et les événements actuels le confirment. En effet, peu après la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël survenue en décembre dernier, le royaume chérifien, qui veut à tout prix conserver cette zone qu’il considère comme une partie intégrante de son territoire, a asséné le dernier coup de poignard aux indépendantistes. Car, immédiatement après la normalisation, les Etats-Unis, sous Donald Trump, ont réintégré le Sahara dans la carte du Maroc.

Ce fut un succès diplomatique sans appel lorsqu’on sait qu’en novembre dernier, le Maroc avait dû déployer une partie de son armée sur ce territoire. Une décision qui avait suscité un tollé international mais nécessaire pour Rabat qui voulait montrer une fois de plus que cette terre est et restera marocaine.

Les Sahraouis favorables à l’indépendance de leur territoire pouvaient toujours espérer un jour se séparer du reste du Maroc. Cependant, la normalisation entre Rabat et Jérusalem changera complètement la donne et l’intégration du Sahara sur la carte du Maroc par les USA a brusquement mis fin à toute volonté de s’affranchir de la tutelle marocaine.

Et les choses se compliquent pour le Front Polisario. Car, ce 8 avril, la République En Marche, le parti politique d’Emmanuel Macron, a annoncé l’ouverte d’un comité à Dakhla, ville située au Sahara Occidental. L’annonce a été faite dans un communiqué par Jaoued Boussakouran, porte-parole du parti présidentiel au Maghreb et en Afrique de l’Ouest.

Dans le communiqué partagé sur le compte officiel de l’Ambassade du Maroc en France, Lecourrier-du-soir.com a pu lire : “à l’occasion de l’anniversaire des 5 ans de la République En Marche, nous souhaitons saluer la dynamique du mouvement au sein de notre région. Nous comptons ainsi plus de 4 000 adhérents répartis en 27 comités”.

Et d’ajouter : “confortant le maillage de notre mouvement dans la circonscription du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest, nous vous informons que deux nouveaux comités sont venus récemment enrichir la République En Marche : Agadir, porté par Guy Picard et Dakhla, animé par Claude Froissart. Ces deux comités seront les premiers comités créés en 2021”.

Dans le communiqué en question, En Marche évoque la nécessité pour le parti de se rapprocher des Français vivant dans cette zone. L’explication est assez intéressante. Cependant, à y voir de près, elle est loin d’être convaincante. Ce qu’il faut surtout comprendre dans l’ouverture de ces comités, c’est la stratégie déguisée de Macron de reconnaître la souveraineté totale du Maroc sur le Sahara sans provoquer une polémique diplomatique.

Macron vient, par ce tour de passe-passe dont il est le seul à détenir le secret, à se rallier au Maroc sans tambour ni trompette, mais surtout à neutraliser complètement un mouvement (le Front Polisario) dont le rêve de transformer le Sahara en un futur Etat africain indépendant et souverain a suscité, ces dernières années, de vives tensions diplomatiques entre Rabat et ses voisins, notamment l’Algérie.

Il n’a échappé à personne que l’extension de la LREM au Maroc n’a simplement aucune pertinence au moment où le parti peine à prendre ses marques en France à une année de la présidentielle. En conséquence, son implantation au Sahara Occidental est un stratagème ourdi par l’Elysée qui prépare le terrain à l’ouverture d’un consulat français dans cette zone comme l’ont d’ailleurs récemment fait plusieurs africains dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire…

La normalisation avec l’Etat hébreux a porté ses fruits et a carrément tourné à l’avantage du Maroc car elle aura au moins garanti au royaume chérifien son autorité sur une terre disputée. Avec le soutien des Etats-Unis et de la France, le roi Mohamed VI peut dormir sur ses deux oreilles. Le match est plié.