Risques de soulèvement en Iran : une intervention de l’ONU sollicitée

0
986

200 parlementaires de tous les partis des pays européens soutiennent les manifestations pour la liberté en Iran et soutiennent l’appel de Maryam Radjavi pour que l’ONU dépêche une délégation d’enquête

Les députés soutiennent l’appel de Maryam Radjavi pour que l’ONU dépêche une délégation d’enquête Plus de deux cents députés de 14 pays européens ont signé une déclaration exprimant leur soutien au Soulèvement anti-gouvernemental de millions de personnes dans 191 villes d’Iran, appelant à la Démocratie et aux droits de l’homme.

Les signataires comprennent 50 députés italiens, 50 députés suisses, 20 députés portugais et 30 députés Britanniques ainsi que des parlementaires français, irlandais, polonais, roumains, lituaniens, maltais, Albanais, de San-Marin, marocains et jordaniens.

La déclaration est également soutenue par plusieurs personnalités politiques de premier plan, dont L’ancien ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, l’ancien ministre italien des Affaires Étrangères Giulio Terzi, l’ancien ministre marocain de l’Éducation et de la Jeunesse Najima Thay Thay et Les anciens ministres jordaniens Saleh al-Ghalab et Bassam Alamoush.

Les parlementaires de diverses tendances politiques en Europe ont condamné la répression des Manifestations en Iran sur ordre d’Ali Khamenei, le guide suprême, et souligné que «de terribles Séquences vidéo montrent des forces de sécurité de l’État et des gardiens de la révolution tirant avec Des armes à feu depuis les toits ou à bout portant sur des manifestants non armés. Dans de nombreux Cas, le régime est intervenu pour réprimer la population avec des hélicoptères et des chars. »

Le régime a tenté de dissimuler l’ampleur de ses crimes en coupant complètement Internet. Mais la Portée du crime se révèle progressivement. Selon les derniers rapports de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), également connue sous le nom de MEK, la principale opposition Iranienne, plus de 1 500 manifestants ont été tués, 4 000 autres blessés et plus de 12 000 arrêtés.

L’OMPI a dévoilé les identités de plus de 500 victimes. Il est très préoccupant que de hauts responsables gouvernementaux aient appelé à l’exécution des Personnes arrêtées. Le président Hassan Rohani a soutenu la répression de la manifestation et son

Conseiller a menacé de mort l’OMPI, que les dirigeants du régime désignent comme la cause principale Du soulèvement, à l’instar du massacre de 1988, au cours duquel le régime iranien a exécuté 30.000 prisonniers politiques.

Le silence de la communauté internationale concernant ce crime, l’un des pires du XXIe siècle, est inacceptable. Les dirigeants iraniens doivent rendre des comptes.

Les signataires de la déclaration ont appelé les Nations Unies, l’Union européenne et les États membres à condamner la répression des manifestants, à prendre des mesures urgentes pour mettre fin au massacre et à la libération des détenus et à fournir au peuple iranien un accès gratuit à Internet.

Ils ont également approuvé l’appel lancé par Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du CNRI, aux Nations Unies pour envoyer une mission en Iran enquêter sur les faits, aller voir les manifestants emprisonnés, l’appel au Conseil de sécurité d’enquêter sur les crimes contre l’humanité en Iran et à tenir les autorités responsables et les traduire en justice.

 

20 décembre 2019

Rt Hon David Jones MP

Membre conservateur de la Chambre des communes du Royaume-Uni

Coprésident du Comité international des parlementaires pour un Iran démocratique

 Bob Blackman MP

Membre conservateur de la Chambre des communes du Royaume-Uni

Le Comité international des parlementaires pour un Iran démocratique

Lord Clarke de Hampstead CBE

Membre travailliste de la Chambre des Lords

 Professeur Lord Alton de Liverpool

Membre indépendant de la Chambre des lords

 Des experts de l’ONU alarmés par les mauvais traitements infligés aux manifestants en Iran

 Vendredi, plus d’une douzaine d’experts des Nations Unies en matière de droits de l’homme ont appelé le régime iranien à libérer toutes les personnes détenues et maltraitées arbitrairement lors des récentes manifestations.

 « Nous sommes choqués par les informations faisant état de mauvais traitements infligés à des personnes détenues lors des manifestations qui ont eu lieu en novembre 2019, et profondément troublés par le fait que l’utilisation excessive de la force par les forces de sécurité iraniennes aurait fait un nombre considérable de victimes », ont déclaré les experts de l’ONU.

 « Les informations suggèrent que les détenus sont torturés ou subissent des mauvais traitements, parfois pour leur extorquer des aveux forcés. Certains se seraient également vu refuser des soins médicaux, notamment pour des blessures causées par le recours excessif à la force par les forces de sécurité, et seraient détenus dans des centres de détention surpeuplés. Certains sont détenus au secret ou font l’objet de disparitions forcées. »

 Des sources officielles indiquent qu’au moins 7 000 manifestants ont été arrêtés, dont des milliers sont toujours en détention, selon le communiqué de presse des experts de l’ONU.

Les experts craignent également que les détenus se voient refuser le droit à un procès équitable en raison du non-respect par le régime iranien des normes de procédure régulière, en particulier pour ceux qui ont exprimé leur opposition au gouvernement.

“De hauts responsables ont déclaré que les manifestants seraient passibles de sanctions sévères”, ont déclaré les experts. « Nous avons déjà vu la télévision publique iranienne diffuser des soi-disant « aveux », malgré les allégations selon lesquelles ils seraient obtenus sous la contrainte. De nombreux détenus se seraient également vus refuser le droit à un avocat de leur choix.

 « Nous exhortons le gouvernement et le pouvoir judiciaire à veiller à ce que tous les accusés de crimes passent par des procédures judiciaires qui respectent les normes internationales d’équité des procès, y compris la présomption d’innocence. »

 Selon des sources crédibles, au moins 304 personnes, dont 12 enfants, seraient décédées, des informations non confirmées indiquant que le total pourrait être supérieur à 400, selon les experts. Le nombre de décès semble être particulièrement élevé dans certaines provinces à forte population de minorités ethniques, ont ajouté les experts.

 “Les rapports et les images indiquent que les forces de sécurité iraniennes ont non seulement tiré des balles réelles sur des manifestants non armés, mais aussi visaient leur tête et leurs organes vitaux”, ont déclaré les experts.

«Le fait de viser ces parties du corps montre que les forces de sécurité visaient à tuer ou du moins à causer des blessures graves. Le gouverneur de la ville de Quds a elle-même reconnu publiquement avoir ordonné aux forces de sécurité de tirer sur les manifestants qui étaient entrés dans le bâtiment du gouverneur.

 « Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que les autorités iraniennes utiliseraient de telles tactiques contre des manifestants pacifiques exerçant leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion, en violation des normes internationales sur le recours à la force. » Tout en notant que la coupure d’Internet s’était atténuée, les experts se sont déclarés préoccupés par la suppression du droit à la liberté d’expression.


« Plus inquiétant encore, les familles des personnes tuées par les forces de sécurité auraient été menacées de ne pas s’exprimer. Il a été ordonné aux journalistes iraniens de ne pas critiquer la réponse du gouvernement, tandis que les proches des journalistes travaillant pour les médias en farsi à l’étranger sont soumis à des pressions afin de faire taire leurs reportages. »

 

Les experts des Nations Unies qui ont fait la déclaration sont :

  • M. Javaid Rehman, rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran ;
  • M. Clement Nyaletsossi Voule, Rapporteur spécial sur le droit de réunion et d’association pacifiques ;
  • M. David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression ;
  • Mme Agnes Callamard, Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires ;
  • M. Nils Melzer, Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ;
  • M. Michel Forst, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme;
  • M. Diego García-Sayán, rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats ; membres du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire –
  • M. José Antonio Guevara Bermúdez (président), Mme Leigh Toomey (vice-présidente des communications),
  • Mme Elina Steinerte (vice-présidente du suivi),
  • M. Seong- Phil Hongand
  • M. Sètondji Adjovi; et le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, comprenant
  • M. Luciano Hazan (président-rapporteur),
  • M. Tae-Ung Baik (vice-président),
  • Mme Houria Es-Slami,
  • M. Bernard Duhaimean et
  •  M. Henrikas Mickevicius.