Voile islamique, radicalisation, discrimination : quel avenir pour les musulmans de France ?

0
91

L’avenir des musulmans de France n’a jamais été aussi obscur. Désormais, la question que je me pose est celle-ci : quel est le destin de cette communauté en France ? Depuis les attaques qui ont tué quatre policiers au niveau de la préfecture de Paris, les musulmans sont devenus tout d’un coup une cible facile et les fais le confirment.

En effet, la République a été cueillie à froid après avoir appris que le tueur, Mickaël Harpon, un musulman récemment converti à l’Islam, occupait un poste clé en tant qu’informaticien habilité secret défense. Autrement dit, l’homme qui avait fait allégeance à Daesh détenait la clé de tous les secrets de l’Etat. Un scandale !

Depuis une semaine, l’Islam est au cœur de l’actualité brûlante. Et cette place de choix que la presse lui a accordée, ces derniers jours, est due aux réactions politiques auxquelles nous avons eu droit. Il faut oser le dire : les musulmans, à leur corps défendant, sont en train de rendre la République folle.

Lors de son audition à l’Assemblée Nationale après les attaques qui ont visé la préfecture, Christophe Castaner s’était prononcé sur l’épineuse question de la radicalisation et du signalement (des fonctionnaires d’Etat radicalisé). Sur ce, le ministre de l’Intérieur avait commis une énorme erreur en soulignant des signes qui ne sont forcément liés à la radicalisation : le port de la barbe, qu’il fasse la bise ou qu’il ne la fasse plus, accepter de faire équipe avec une femme ou pas, avoir une pratique régulière et ostentatoire de la prière rituelle, présence d’une hyper-kératose au niveau du front, le port du voile pour une femme fonctionnaire sur la voie publique.

Dans son discours, le ministre de l’Intérieur avait martelé l’urgence de signaler toute personne présentant ses signes. N’est-on pas en train de créer un amalgame, en mettant tous les musulmans dans le même panier ? Le fait qu’un musulman ait une barbe suffit-il pour qu’il soit considéré comme un radicalisé ? Même si je reconnais que ce sont des signes qui sont très présents chez les islamistes radicaux, il serait tout de même préférable de ne pas généraliser.

Depuis les attentats contre la préfecture, l’Islam et les musulmans sont pointés du doigt. Il y a moins d’une semaine, une image avait fait le tour du monde lorsqu’un élu du Front National, Julien Odoul, avait demandé à la présidente du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté d’exclure une accompagnatrice de la salle pour avoir porté le voile. Je suis totalement d’accord avec M. Odoul et je soutiens l’idée qu’aucune femme ne devrait être autorisée à porter le voile dans un bâtiment publique. Cependant, la scène filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, avait provoqué un tollé général et avait, une nouvelle fois, mis les musulmans sur la sellette.

La fièvre antimusulmane s’est emparée de la République. Aujourd’hui, même la droite dite « modérée » semble avoir pris le dessus sur le RN sur la question de l’Islam et des musulmans. « L’Islam politique a continué d’avancer », a constaté Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, dans une interview accordée au JDD.

Ce mardi 15 octobre, on a appris à travers la presse que l’université Cergy-Pontoise avait mis en place une fiche de détection de la radicalisation. Selon France Info, il s’agit d’un mail du responsable sécurité de l’université visant à prévenir la menace terroriste au sein de l’université. Après la révélation de cette affaire par la presse, la polémique est déjà lancée.

Je tiens à rappeler deux faits extrêmement graves : quelques jours après les attaques contre la préfecture de police de Paris, un certain Hadama Traoré avait publié une vidéo sur YouTube niant tout lien entre Mickaël Harpon, l’auteur des attentats et le terrorisme. Je rappelle aussi qu’au moment où de plus en plus de voix se lèvent pour s’opposer au port du voile de la part des accompagnatrices scolaires, la Fédération des Conseils de Parents d’élèves (FDPE) a lancé une campagne encourageant les femmes voilées à participer aux sorties scolaires. J’ai le sentiment que nous nous dirigeons tout droit vers le choc de deux trains, de deux Frances qui ne s’entendent plus.

Depuis plus d’une semaine, la communauté musulmane est meurtrie et souffre dans sa chair. Elle se sent ostracisée, isolée et humiliée à tel point que certains d’entre eux réfléchissent désormais à l’idée de retourner dans leurs pays d’origine sentant que dans les années à venir, leur situation dans ce pays sera pire.

J’ai juste peur que tout ceci finisse comme dans l’Allemagne nazie des années 40 lorsque les juifs étaient obligés de se cacher parce que juifs. Arrivera-t-il un moment où les musulmans de France seront obligés de se cacher parce que musulmans ? Je ne pense pas qu’on n’en arrivera là, mais vu la situation actuelle, tous les scénarii sont envisageables.

La guerre contre l’Islam radical est la responsabilité de tous les Etats. L’Islam radical est un cancer qui tue toutes les sociétés modernes et qui veut imposer une vision du monde incompatible avec celle du monde moderne. Toutefois, cette guerre ne devrait pas être un prétexte pour taper sur une communauté, elle-même victime du fondamentalisme islamiste.

L’avenir des musulmans en France n’a jamais été aussi obscur.